Autres informations paroissiales

dernière mise à jour du 2 octobre 2020
il n'y a pas d'autres informations particulières communiquées par la paroisse

Messes du mois d'octobre 


les messes anticipées du samedi à 18h : 
3 Octobre à Sigy le Châtel
10  Curtil s/s Burnand
17  Culles les Roches
24 St Ythaire
31 Genouilly

Messes des dimanches d'octobre à 10h30 :
4 octobre à St Gengoux
11 à St Boil
18 à Genouilly,
25 à Joncy 

Nourrissez vous de la parole du jour...
l'Evangile au quotiiden

cliquez sur l'image

Le billet sprituel du mois par le Père André Auduc : le pardon


                                                   LE PARDON : UNE COMPOSANTE DE L’AMOUR

Les incivilités de beaucoup, la cruauté de certains, même vis-à-vis des animaux,l’indifférence ou l’esprit de vengeance qui hante la société contemporaine m’ont donné envie, aujourd’hui, de réfléchir avec vous, sur le pardon.
En toile de fond : un film célèbre , « le vieux fusil » avec Romy Schneider et Philippe Noiret. Il s’agit d’une terrible vengeance lors de l’occupation nazie. Un chirurgien, voulant protéger son épouse et sa fille les conduit à la campagne dans un petit village perdu. Les rejoignant le week-end suivant, il constate avec horreur un épouvantble massacre. Tout le village a été détruit, et il découvre les corps calcinés de son épouse et de sa fille, à proximité de son château désormais occupé par les troupes ennemies. C’est alors que jaillit en lui une terrible soif de vengeance. Avec une adresse diabolique, il va détruire jusqu’au dernier des occupants des lieux, au péril de sa propre vie. Un film qui conduit bien évidemment les spectateurs, à-cause même de la situation, à se sentir solidaires de la vengeance calculée de cet homme.
Cela me fait penser à cette parole de la Genèse : « Caïn est vengé 7 fois, mais Lameck est vengé 70  fois 7 fois ». Le premier mouvement de celui qui subit une injustice n’est-il pas en effet de rendre les coups avec usure et intérêt ?
Devant cette attitude qui flatte nos plus vils instincts… Dieu intervient progressivement.. par la Loi : il adoucit la répression. La Loi du talion limite alors la vengeance à la réciprocité : « œil pour œil, dent pour dent ». Puis,timidement, la loi du talion se met en route vers l’Evangile :  le juste, lui, ne se venge pas du tout, il remet sa cause à Dieu : «  l’homme qui se venge éprouvera la vengeance du  Seigneur ; pense aux commandements et ne garde pas rancune envers le prochain »
Dans l’Evangile, enfin, Jésus, d’une façon ferme,rejette la Loi du talion, exige de prier et d’aimer ennemis et persécuteurs. Plus encore, le pardon doit s’accorder jusqu’à 70 fois 7 fois !  Ainsi, dans l’alliance nouvelle, l’ancienne mesure de la vengeance devient celle, suprême, du pardon ! ou encore, car ici les chiffres ne signifient plus rien, le mesure du pardon, c’est de pardonner sans mesure.
Cette invitation de Jésus à exercer la miséricorde et le pardon des offenses n’ont rien perdu de leur actualité. Cela reste vrai totalement pour nous aujourd’hui. Qui de nous n’a pas à pardonner son mari, ou sa femme, ses enfants, ses voisins, ses proches ? Qui de nous ne garde pas au fond de soi, comme une plaie béante, telle rancune inachevée, telle rancœur inassouvie, telle colère rentrée.. « c’est de la mesure dont vous mesurez pour les autres qu’on mesurera aussi pour vous » nous rappelle le Christ Jésus.
Nous sommes toujours dans un monde où le pardon ne va pas de soi. L’esprit de vengeance est là, prêt à reprendre les armes. Qui d’autre que Dieu peut nous inviter à nous libérer de ce carcan ?
Demandons à Jésus, lui qui a pris l’initiative du pardon jusque sur la croix du supplice, de nous aider à aller jusqu’au bout de la réconciliation.   
Père André AUDUC

Fondation du Patrimoine : pour la rénovation de l'église de Saint-Gengoux le national